Kaneka, un air du pays

Découvrez l’exposition à l’Interpôle, en rez-de-jardin entre les pôles Mère-Enfant et Chirurgie, qui revient sur l’histoire récente du kaneka, la musique emblématique de la Nouvelle-Calédonie.

Depuis maintenant
 plus de trente ans, le kaneka accompagne la vie des Calédoniens. Si la création de ce mouvement est fortement liée au combat indépendantiste des années 1980 et à la revalorisation de la musique kanak traditionnelle voulue par Jean-Marie Tjibaou, il apparaît désormais comme un genre ouvert. Poursuivant une réflexion plus sociale que politique, le kaneka s’oriente aujourd’hui vers des accents plus lyriques ou festifs et des influences aussi diverses que le funk, le jazz, la soul, le RnB et le reggae.

Dépassant les clivages communautaires, certains titres, comme
 Waipeipegu de Gurejele ou Aires du pays d’A7JK, 
font danser tous les Calédoniens dans
 les mariages ou les boîtes de 
nuit, générant dès les premiers accords un sentiment
d’appartenance, une reconnaissance mutuelle, tant les rythmes et la sonorité des langues semblent aujourd’hui familiers, au-delà du monde kanak. Populaire, le kaneka au service de l’identité kanak a su par son universalité toucher tout un pays.

Pour info, la même exposition est présentée actuellement au Centre culturel Tjibaou : pour en savoir plus, cliquez ici.