Mathieu Venon

Depuis mi juin, le Grand hall accueille La saison des baleines, une exposition de toiles géantes de Mathieu Venon autour de ce magnifique mammifère marin. L’artiste a sélectionné une partie des œuvres qu’il avait présentées il y a une dizaine d’années à la bibliothèque Bernheim, avec l’exposition intitulée Chaque baleine est une île.

La tête pleine de récits épiques des pêches héroïques et d’odyssées littéraires ou cinématographiques, Mathieu Venon s’est plongé dans le ventre de la baleine. Il y a puisé l’inspiration pour réaliser ces œuvres pleines de fantaisie, où les menaces qui pèsent sur la survie des géants des mers sont à la hauteur de l’émerveillement qu’ils inspirent, depuis toujours, à ceux qui les ont rencontrés. Ses œuvres traduisent ces évocations du passé, les rites ancestraux qui y sont liés et leur représentation dans l’imagerie populaire.

Les deux quadriptyques de très grand format exposés au Médipôle, consacrés aux mœurs des baleines à bosse, décrivent leurs relations sociales, leurs rites de reproduction, leurs migrations et leurs chants. Ils interpellent et interrogent sur les grands défis environnementaux du XXIe siècle.

Pour en savoir plus sur le travail spécifique du plasticien autour de la baleine à bosse, un livre Chaque baleine est une île, illustré par des textes du poète Stéphane Camille, a été édité localement par Madrépores.

Pour en savoir plus sur Mathieu Venon, rendez-vous sur sa page